« Mary Lou » : quand Eytan Fox fait des séries…ben c'est bien aussi.

Je connaîtrais la langue, je serai bien sortie de l’auditorium du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Nice en chantant des chansons en Yiddish. Comme ce n’est pas le cas, je vais me contenter de vous raconter ce que je viens de voir.

Déjà, je salue le travail des Ouvreurs, assoce que j’ai donc découverte en débarquant à la séance. Une équipe chaleureuse, énergique, avec laquelle je me suis tout de suite bien entendue. Leur programmation est chouette, et j’ai déjà prévu de revenir voir un film demain.
Et je remercie également Yagg mille fois de m’avoir invitée à cette séance, qui prouve que le ciné est toujours choisi avec goût par la rédaction, et parce que sans cette invitation, je n’aurai pas découvert cette chouette association.

Le film, ensuite. En fait, ce n’était pas exactement un film, puisque c’était la diffusion à la suite de 4 épisodes de « Mary Lou », série-comédie musicale signé Eytan Fox.

Le thème ? L’histoire ? Meir, gay de son état et amoureux de la chanson, cherche sa maman, qui est partide quand il était tout petit. Il décide de quitter chez lui et de partir à sa recherche…le tout accompagné avec des chansons de Zvika Pik.

Les 4 épisodes sont longs, mis bout à bout : la séance a duré trois heures. Mais ils passent très bien. On se laisse porter par les chansons, par l’histoire, on s’attache vite à ce jeune homme et à son histoire, qui est touchante. On suit l’enquête avec lui. Et puis, l’on est toujours surpris : on tombe toujours sur de nouveaux éléments dans l’enquête, on est toujours maintenu dans le suspense, et les coupures entre épisodes sont placées là où il faut. Le format série semble confortable pour Eytan Fox.

Parmi tous les personnages -dont celui père, maladroit, dépassé, mais vraiment gentil, qui est une figure attachante – j’ai une petite préférence pour les personnages des travestis : des travestis comme on les aime, excessives, mais pas jusqu’au mauvais goût total, et surtout, drôles et pleines de coeur.. Il y a une scène très émouvante où elles reprennent -en Yiddish, s’il vous plaît- « Comme ils disent » de Aznavour. Il y a toute une vie de gay dans un pays en guerre -Israël- où « en être » n’est pas toujours facile qui s’exprime. Il y a la rage, la tristesse, l’espoir. Et un peu de joie. C’est beau.

La chanson est au coeur de la série, comme l’on s’y attend pour une comédie musicale. Comme passion, comme moyen d’exprimer ce qu’on ne peut pas dire, comme spectacle. Il y a quelques morceaux vraiment émouvants comme celui avec Aznavour, et la maman de Meir a une très belle voix. Les chansons suivent l’histoire, la soutiennent, donnent du relief aux scènes importantes, je crois que c’est assez bien dosé. Sauf peut-être la chanson-phare du film, qu’on chante en sortant de la salle parce qu’elle reste dans la tête 😀

Au total, comme souvent dans ses films, Eytan Fox pose sur la vie gay en Israël un regard juste, pas larmoyant, pas naïf, plutôt optimiste. C’est joli.

Donc j’ai aimé. Et demain je file voir un autre film, « En secret », que je vous raconterai aussi ici !

Un commentaire

  1. Eytan Fox ♥

    Et en secret est un film que j’ai trouvé vraiment merveilleux, peut être pas forcément réaliste, peut être pas forcément tout le temps bien joué, mais on s’en fout c’était un moment magique. J’attends de lire ce que tu en auras pensé 😀

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *